« Un nouvel appel contre le racisme d’Etat » – Par Marie Barbier, L’Humanité du mardi 8 février 2011

« Un nouvel appel contre le racisme d’Etat »

Par Marie Barbier, L’Humanité du mardi 8 février 2011.

Un texte volontairement court et mesuré pour rallier le plus grand nombre : l’historien Olivier Le Cour Grandmaison a présenté hier son Appel pour une mobilisation nationale et unitaire contre le racisme, la politique d’immigration et pour la régularisation des sans-papiers.

Lancé le 1er novembre, l’appel initial exigeait la suppression du ministère de l’Immigration et de l’identité nationale. Or quelques jours plus tard, ce dernier passait à la trappe lors du remaniement ministériel. Un tour de passe-passe pour les initiateurs de l’appel. « C’est comme une comptine pour enfants : le ministère de l’Immigration tombe à l’eau, que reste t-il ? Le Ministère de l’Immigration, transféré à l’Intérieur !» ironise Olivier Le Cour Grandmaison.

Disponible sur internet, son appel a été signé par 140 élus (dont la sénatrice verte Alima Boumediene-Thiery et le député européen PCF Patrick Le Hyaric, également directeur de l’Humanité), quelque 80 associations et de nombreuses organisations politiques (NPA, PCF, Europe écologie les Verts, la Fédération pour une alternative sociale et écologique, le Parti des indigènes de la république, etc.). Mais, reconnaît Olivier Le Cour Grandmaison, quelques « signatures importantes manquent à l’appel ».

C’est le cas du Parti de gauche (PG) et de la Ligue des droits de l’homme (LDH) qui ne signent pas pour des raisons assez similaires. « C’est très maladroit, en pleine lutte contre la loi Besson discutée au Sénat, de dire aux gens d’attendre le mois de mai pour manifester » regrette le président de la LDH, Jean-Pierre Dubois. « Nous n’avons pas de problème avec le fond, ajoute Danielle Simonnet, chargée des questions d’immigration au PG, mais nous regrettons que cet appel ne s’adosse pas aux luttes déjà existantes comme celle des travailleurs sans papiers et se fasse en dehors du cadre unitaire. » Des cadres, il en existe au moins deux : le collectif « Unis contre une immigration jetable » créé en 2006 par deux cents associations, syndicats et partis et l’appel « Non à la politique du pilori » lancé l’été dernier en réaction à la politique gouvernementale contre les Roms.

Autre absent remarqué : le Parti socialiste, même si quelques élus ont signé l’appel à titre individuel, comme Pouria Amirshahi, secrétaire aux droits de l’homme. Signe d’un désaccord interne ? La question de la régularisation des sans-papiers divise le PS depuis longtemps. Lancé à quelques mois de l’élection présidentielle, l’appel d’Olivier Le Cour Grandmaison pourrait, malgré lui, servir de clarificateur à une gauche parfois équivoque sur ces questions d’immigration.

Manifestation le 28 mai 2011

L’« Appel contre le racisme » propose d’organiser une journée de mobilisation nationale le 28 mai 2011, quatrième anniversaire de la création du ministère de l’immigration « qui perdure aujourd’hui sous une autre forme ». D’ici là, le Collectif national appelle à la constitution de groupes locaux, qui pourraient élaborer des « cahiers de doléances » et faire signer massivement l’appel. Des états généraux se tiendront avant le mois de mai à Paris.

Article publié dans l’Humanité du 8 février 2011

 

Ce contenu a été publié dans Documents, presse sur le collectif, avec comme mot(s)-clef(s) , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.