Halte aux rafles racistes ciblées contre les Tunisiens – Communiqué de la Fédération des Tunisiens pour une Citoyenneté des deux Rives – 28 avril 2011

HALTE AUX RAFLES RACISTES CIBLÉES CONTRE LES TUNISIENS

La F.T.C.R. dénonce les rafles ciblées sur des bases racistes organisées à Paris contre les jeunes immigrés tunisiens récemment arrivés, dont l’écrasante majorité dispose d’un titre de séjour valide.

Le gouvernement français persiste à utiliser la répression brutale pour répondre aux souffrances des immigrés tunisiens qui ont perdu toutes leurs ressources personnelles durant leurs voyages et doivent dormir dans des squares sans nourritures.

La F.T.C.R. demande la libération immédiate des tunisiens arrêtés et l’ouverture de négociations pour trouver des solutions adaptées à cette nouvelle situation. La F.T.C.R. et ses partenaires sont en capacité de proposer des solutions compatibles avec la volonté exprimée par certaines autorités françaises d’aider la révolution tunisienne y compris en matière d’aides aux retour pour ceux qui le souhaitent et de formation professionnelle en vue de création de projet en Tunisie. Nous avons déjà formulé une demande à l’O.F.I. qui est malheureusement resté sans réponse.

La F.T.C.R. demande l’ouverture immédiate de centres d’hébergement pour accueillir dignement cette jeunesse qui a participé à la révolution et a chassé le dictateur afin de fonder une réalité basée sur la justice, la liberté et l’égalité des droits.

La F.T.C.R. demande par ailleurs au gouvernement tunisien de :

1 – de refuser toutes mesures de refoulement collectif, et de contribuer à défendre les droits de ces jeunes migrants en possession de titre régulier.

2 – d’apporter un soutien urgent à tous les tunisiens qui se trouvent dans une situation précaire et de donner aux missions consulaires les moyens d’y faire face (Les consulats n’ont pas de budget pour faire face aux demandes des migrants).

La F.T.C.R. appelle les associations, syndicats, collectifs, organisations politiques et collectivités locales humanistes à la mobilisation générale pour apporter aide, secours et solidarités avec les jeunes migrants tunisiens.

Elle est déterminée a contribuer au renforcement et à l’approfondissement du processus démocratique en cours dans une partie importante du monde. Il ne peut être séparé de la fondation de rapports internationaux plus justes et plus équilibrés, basés sur une égalité des droits des individus et des peuples à la liberté, à une vie digne et indépendante ainsi qu’à des droits égaux à la mobilité.

Paris le 28 Avril 2011

Pour la F.T.C.R.
le président Tarek BEN HIBA

Ce contenu a été publié dans Documents, Tribunes et actualité, avec comme mot(s)-clef(s) , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.