Marche à l’ombre – Pierre Tevanian – 28 mars 2011 – Collectif les Mots sont importants

Marche à l’ombre – Vêtement, territoire, population
par Pierre Tevanian, 28 mars

Durant sa période la plus inspirée, qu’on peut situer approximativement dans les années 1975-1980, Renaud s’était inventé un beau personnage de « loubard » solitaire et dépressif, nihiliste, teigneux et paranoïaque, dont l’expression la plus pure fut donnée dans Société Tu M’Auras Pas et Où C’est Que J’ai Mis Mon Flingue ? [1] ou, sur le mode de l’autodérision, dans des chansons très drôles comme Je Suis Une Bande De Jeunes À Moi Tout Seul et, nous y arrivons, le justement célèbre Marche À L’Ombre [2].

L’argument était simple : de même que « faut pas gonfler Gérard Lambert quand il répare sa mobylette », faut pas non plus importuner Renaud Séchan quand il picole dans son bistrot. La plus haute vigilance était en conséquence nécessaire au niveau vestimentaire : l’animal exigeait non seulement le silence mais aussi une tenue décente – moyennant quoi, par exemple, il n’était pas conseillé d’être un « baba cool cradoque » sorti de son bus Volkswagen, avec « patchouli, pataugas » et « Guide du Routard dans la poche », et pas davantage une « petite bourgeoise bécheuse maquillée comme un carré d’as », avec « collants léopard homologués chez SPA », « Monoï, Shalimar » et « futal en skaï comme Travolta ». Et moins encore d’être un « petit rocky barjot » et de « jouer les Marlon Brando » avec blouson et lunettes noir-e-s :

« Derrière ses pauvres Ray-Ban, je vois pas ses yeux et ça m’énerve

Si ça se trouve il me regarde, faut qu’il arrête sinon je le crève »

À tous ces mal-vêtus et à quelques autres, parmi lesquels « un punk qui avait pas oublié d’être moche, et un intellectuel en Loden genre Nouvel Obs », le chanteur énervé réservait le même traitement : « avant qu’ils aient pu dire un mot », boire leur cognac ou leur viandox, il les chopait par le paletot, par le colbac ou contre le juke box, et leur adressait cette virile mise en garde :

« Toi tu me fous les glandes

Et t’as rien à foutre dans mon monde

Arrache-toi de là, t’es pas de ma bande

Casse-toi tu pues et marche à l’ombre ».

C’était en 1980. Nous sommes aujourd’hui en 2011, et voici que le célèbre refrain redevient d’actualité. L’heure est à nouveau à la défense d’un territoire et à la chasse aux mal-vêtus. Avec, il est vrai, quelques différences notables : ce n’est plus un loubard solitaire qui « s’énerve » mais toute une classe dirigeante ; ce n’est plus en chanson et pour rire mais pour de vrai et avec le plus grand sérieux, par des discours, des décrets, des lois et des circulaires ; ce n’est plus un simple bistrot qui est en jeu mais rien de moins que le territoire national ; et enfin ce n’est pas l’humanité entière qui « fout les glandes », du baba-cool en pataugas à la bourgeoise en collants léopard et du punk moche au lecteur du Nouvel Obs, mais une cible unique : la femme musulmane qui a le mauvais goût de se couvrir le visage ou les cheveux, ou simplement de porter des robes trop longues, trop sombres et trop monochromes.

Si la posture est donc moins téméraire – on passe en gros d’un individu contre la terre entière à une meute surarmée contre une proie vulnérable – la langue est pourtant un peu plus ronflante : on ne dit plus « pas de ma bande » mais « étranger aux fondements de notre identité nationale ». On ne dit plus « T’as rien à foutre dans mon monde » mais :

« La burqa n’est pas la bienvenue sur le territoire de la République française » [3].

Quelle conclusion tirer de cette analogie ? Rien d’autre que ce que je viens de raconter :

- Que dans la France de 2011, c’est toute une classe dirigeante, suivie par une bonne partie de « l’opposition » et – hélas – de la société civile, qui se comporte comme une caricature de pilier de bar teigneux et paranoïaque.

- Que c’est une minorité religieuse socialement reléguée, économiquement exploitée et politiquement stigmatisée qui en fait les frais.

- Qu’enfin un très beau mot, laïcité, désignant au départ la possibilité d’un vivre ensemble de tous et toutes dans la liberté, l’égalité et le respect mutuel, ne signifie aujourd’hui plus rien d’autre que : toi, musulman, tu me fous les glandes, tu n’as rien à foutre dans mon monde, arrache-toi de là, t’es pas de ma bande, casse-toi tu pues, et marche à l’ombre.

P.S.

Une prochaine fois, si j’en ai le courage, je vous parlerai de La Corrida, de Francis Cabrel, et une autre fois peut-être d’une célèbre fable de La Fontaine : Le Loup Et L’Agneau. Pour l’heure je reviens à la chanson de Renaud – et à un détail qui a son importance, son dénouement inquiet :

« C’est vrai que je suis épais comme un sandwich SNCF

Et que demain je peux tomber sur un balaise qui me casse la tête

Si ce mec-là me fait la peau et que je crève la gueule sur le comptoir

Si la mort me paye l’apéro d’un air vicelard

Avant qu’elle m’emmène voir là-haut si ya du monde dans les bistrots

Je lui dirai : toi tu me fous les glandes et t’as rien à foutre dans mon monde… ».

Voyons-y, même si l’État français, avec ses lois et sa police, est un peu plus épais qu’un sandwich SNCF, et même si tout est fait, socialement, économiquement, politiquement, pour que les musulman-e-s ne soient pas vraiment « balaises », un signe d’espoir : qu’on fasse bientôt « la peau » à cette classe dirigeante islamophobe, et qu’elle « crève la gueule sur le comptoir ».

Notes

[1] Et, de manière indirecte, par l’entremise d’un personnage/alter ego : Baston, La Teigne, Deuxième Génération.

[2] Et, à la troisième personne, les deux aventures de Gérard Lambert.

[3] Nicolas Sarkozy, Discours du 22 juin 2009.

source : Collectif les Mots sont importants

Ce contenu a été publié dans Documents, Tribunes et actualité, avec comme mot(s)-clef(s) , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.