Limoges – Collectif local

MANIFESTATION UNITAIRE
Samedi 28 mai 2011, à 11 h 00, devant la Préfecture de la Haute-Vienne

Au lendemain de la victoire de Nicolas Sarkozy à l’élection présidentielle de 2007, était créé, pour la première fois dans l’histoire de la République , un ministère de l’Immigration, de l’Intégration, de l’Identité nationale et du Co-développement. Depuis, des dizaines de milliers d’étrangers en situation irrégulière, hommes, femmes, enfants, sont traqués, arrêtés et expulsés, y compris vers un pays en guerre comme l’Afghanistan. Voulue par le chef de l’État, mise en œuvre par ses gouvernements successifs, cette politique est inacceptable car elle viole des principes humanitaires élémentaires et des dispositions internationales ratifiées par la France. A cela, se sont ajoutés la chasse aux Roms et les effets désastreux des pseudo-débats sur l’identité nationale puis sur la laïcité (contre l’islam).

Pour que cesse cette situation qui porte atteinte à des droits fondamentaux, menace gravement le droit d’asile et ruine l’existence des personnes étrangères visées,

Nous exigeons l’arrêt immédiat de cette politique et la régularisation des sans-papiers.

A la suite du lancement de l’Appel Citoyen FACE A LA XENOPHOBIE ET LA POLITIQUE DU PILORI : LIBERTE, EGALITE, FRATERNITE en septembre 2010, plusieurs dizaines de collectifs locaux ont vu le jour à Limoges et partout en France.

 

Après les « clandestins », traqués, raflés et expulsés par dizaines de milliers depuis 2007, et les Rroms, le chef de l’État, le gouvernement et la majorité qui les soutient, poursuivent leur offensive contre les étrangers en s’en prenant désormais aux immigrés en situation régulière et aux demandeurs d’asile. Leur droit au travail, à la santé, à une vie familiale normale, à l’éducation, la protection contre les persécutions quelles qu’elles soient, sont toujours plus gravement remis en cause. Le projet de loi Besson en témoigne.

 

Dans cette situation, qui se caractérise par la pire des politiques jamais conduite contre les immigrés sous la Cinquième République , il est plus que jamais indispensable de se mobiliser dans l’unité contre le racisme, les discriminations qui frappent plus particulièrement les habitant-e-s des quartiers populaires, la politique d’immigration de ce gouvernement et pour la régularisation des « sans-papiers ».

 

Aujourd’hui, des dizaines de partis, d’organisations syndicales de salariés, d’enseignants, de magistrats, d’avocats, d’étudiants et de lycéens, plus d’une centaine d’associations nationales et locales, plus de 200 élus locaux, députés et parlementaires européens, soutiennent l’Appel du « Collectif d’Ailleurs nous sommes d’ici ».

 

Premiers signataires locaux :

 

L’association de soutien aux sans-papiers, la CGT ASP , la CNT Santé Social Collectivités Territoriales du Limousin, la Ligue des Droits de l’Homme, la Maison des Droits de l’Homme, le MRAP Comité de Limoges Haute-Vienne.

Ce contenu a été publié dans Activités des Collectifs locaux, collectifs sud-ouest, avec comme mot(s)-clef(s) , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.