Montpellier : Un collectif veut lutter contre la lepénisation des esprits – Midi libre – 11 mai 2011

Montpellier : Un collectif veut lutter contre la lepénisation des esprits

GUY TRUBUIL
11/05/2011, 06 h 00 | Mis à jour le 11/05/2011, 08 h 24
Ils iront jusqu'au bout.
Ils iront jusqu’au bout.(DAVID CRESPIN)

« Ni charter, ni Karcher. » Le slogan du collectif “D’ailleurs nous sommes d’ici” se positionne clairement contre la politique de l’immigration menée par le gouvernement, assimilée à « du racisme d’État », et pour « la régularisation des sans-papiers ». Ce nouveau rassemblement a été créé en mars et réuni des syndicalistes, des politiques et des artistes. « Des personnalités qui ont considéré qu’il fallait réagir », indique Christokis Georgiou, qui relaie cette initiative sur Montpellier.

Le socialiste Paul Alliès, à titre personnel, en fait partie et place le sujet au cœur de la campagne électorale qui démarre. « Aujourd’hui, la question des droits des étrangers est équivalente à celle de la peine de mort. C’est le peuple de gauche qui doit imposer ce sujet au cœur des présidentielles », estime-t-il. Pour la Cimade, Jean-Paul Nunez approuve l’initiative contre une politique de stigmatisation des étrangers qui, observe-t-il, « fait son chemin dans la société française » et s’exprime, notamment, à travers les scores et sondages favorables au Front national. « Si on ne réagit pas, si on ne se bat pas, c’est notre humanité qui va disparaître », explique le pasteur, qui s’inquiète notamment de la prochaine loi Besson – du nom de l’ancien ministre de l’Intégration – qui durcit les conditions de maintien en France des étrangers. « On est entré dans une période quasi-vichyste. Il faut inverser la tendance et affirmer calmement que l’immigration est une chance » dit, de son côté, le comédien et metteur en scène Dag Jeanneret.

Dans le champ politique, les Verts ont aussi rejoint le collectif, son porte-parole Jean- Louis Roumegas dénonce une « xénophobie rampante ». « Il faut arrêter ces fantasmes qui disent que si l’on régularise on va être envahi ».

Fort de ce constat, le collectif souhaite « mobiliser massivement ». Un rendez-vous est fixé au Peyrou, à 14 h, le 28 mai, pour une manif.

Ce contenu a été publié dans Activités des Collectifs locaux, collectifs sud-est, Documents, presse sur le collectif, avec comme mot(s)-clef(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.